Du galo den lé vao – Limerot 5 - institu Chubri - Du galo pourr astourr

Du galo den lé vao – Limerot 5

Archiv minzz en lign le 21 d septenb 2018

 

► Ecoutë l’bilhèt limerot 5

 Ecoutë toutt l’emission du 07-10-2011 su Radio Laser

►  S’en rtournë a la list dé bilhèt

 

Comment se fait-il que le gallo soit de moins en moins parlé ? (0'10)

Depuis les années 50, le français a gagné des espaces en causant beaucoup de tort au gallo. L'école, l'administration, puis les journaux, la radio, la télé, tout s'est fait uniquement en français. Toutes les langues régionales de France ont subi le même préjudice. Les "patois" sont alors devenus des sous-langues, des langues de bouseux. Chaque parent s'est alors mis à espérer que son enfant délaisse ce "patois" pour le français, langue de l'administration, de l'enseignement, du statut social espéré. La dévalorisation du "patois" a entrainé  une honte profonde de parler gallo. Le traumatisme est encore très présent.

 

La fezri d peniér (1'00)

Le galo, s’é in parlement vra vivant den l’Pay dé Vao de Vilenn. J ·rtrouvon noutt Matlao Ghiton, le sièn qhi rassèrr le caozë pourr l’institu Chubri. Anet, il é corr a baloçë wo Didier Jirot de Msa e Christiane Sorè d Ghipri ; la fa-çi i caozz dé peniér e dé calitë d bouâz.

Lé môt a s souvni

I falë pâ yi câssë la tètt cantt i të a fèrr… > Il ne fallait pas le déranger quand il était occupé à faire...

Lé mètr > Les montants, l’ossature du panier.

Lé çèrcl > Les cercles.

Dé jit d châtègner > Des tiges, des pousses de châtaignier.

I lé mèté a sechë avant > Ils les mettaient à sécher avant.

Falë l’atachë avèq dé fiçél pourr q’è s courbë > Il fallait l'attacher avec des ficelles pour qu'elle (la tige de châtaignier) se courbât.

Falë q sa të in jit > Il fallait que ce soit une jeune pousse.

Lé russiao > Les ruisseaux.

Tièn, sti-la… > Tiens, celui-là…

J m’en rap·l, i’e·nn a corr den l’g·rnier > Je m’en souviens, il y en a encore dans le grenier.

Fô q’i sè deçendu. S’é ti pitië ! > Il faut qu’ils soient descendus. Quelle pitié !

Contr l’uzinn, la-bâs. > Près de l’usine, là-bas.

Pasqe en·n a in·n pieç q’aboutt su l’uzinn > Parce que nous avons un champ qui va jusqu’à (qui conduit à) l’usine.

I’avë dé saodd > Il y avait des saules.

I son corr den l’g·rnier > ils sont encore dans le grenier.

Fô montë l’echèl > Il faut monter à l’échelle.

Rin të pèrdu > Rien n’était gaspillé.

Du ·oussa > Du petit-houx (fragon, faux houx, Ruscus aculeatus).

Le ·ou, sa të inuzabl > Le houx, c'était inusable.

Le ·ou, s’é solidd > Le houx, c’est solide.


Nen savaer in ptit cae pu su la fezri d peniér

Savoir-faire vannier en Bretagne